Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Dazibao


Index des rubriques

Recherche


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Ailleurs sur Joueb.com

Chez les amis
Jack l'éventreur : affaire classée
--> Le peintre Walter Sickert était-il Jack l'éventreur ?
C'est, en tout cas, la thèse que défend avec un certain acharnement la romancière américaine Patricia Cornwell dans la nouvelle édition de poche de son livre sur Jack l'éventreur.

Dès la première page, le ton est donné et le "coupable" est mentionné dès la deuxième. Pour Patricia Cornwell, cela ne souffre aucun doute et elle a - après 115 ans d'enquêtes stériles et de fouilles inutiles - identifié celui qui a semé la terreur dans l'Angleterre victorienne : Walter Sickert.

Ce n'est pas la première fois que le nom de ce peintre anglais est associé aux meurtres de l'éventreur.

En 1976, le journaliste britannique Stephen Knight - convaincu lui aussi d'avoir percé le mystère - avait évoqué le nom de Sickert, mais pour lui, il n'était qu'un complice et le sulfureux Jack n'était pas un tueur isolé mais un couple d'assassins aidés dans leurs forfaits par le peintre dévoyé.

Cornwell va plus loin : pour elle, l'éventreur est bien un tueur unique et son nom est Sickert. Elle accumule à l'appui de sa thèse (ou plutôt de son intime conviction) des "preuves" qui sont autant de "vérités" assénées avec une rare virulence.

Il est vrai que certaines coïncidences sont troublantes : l'utilisation du papier à en-tête identique par le tueur et par l'artiste, par exemple. Mais, même si Walter Sickert, esprit excentrique s'il en fut, avait expédié quelques missives ironiques et cinglantes signées "Jack The Ripper", cela ne prouve pas qu'il ait lui-même commis les crimes.

A son habitude, la romancière a manifestement rassemblé une documentation abondante sur le peintre et sur les meurtres. Elle cite pêle-mêle entre deux descriptions macabres des cadavres, des extraits de correspondance ou d'ouvrages, des conversations rapportées par des amis ou des ennemis du peintre qui corroboreraient ses recherches.

Mais cette accumulation crée avant tout un sentiment de désordre, de confusion et, surtout, d'acharnement contre l'artiste victorien.

A l'appui de sa conviction, elle évoque le caractère égocentrique, exubérant, flamboyant de Sickert, elle cite certaines de ses "sorties" contre les pauvres, les femmes, les artistes. Mais à ce compte, la moitié des aphorismes d'Oscar Wilde eut suffi à l'envoyer au gibet. Et que dire de "L'Assassinat considéré comme un des beaux-arts" de Thomas de Quincey ?

Elle insiste sur l'ingratitude de Sickert, sur sa petitesse vis-à-vis de ses contemporains. Je crains que ce trait de caractère ne qualifie justement une écrasante majorité d'artistes.

Mais, attardons-nous un peu sur Sickert : qui était-il ? Un artiste mineur, affligé par son peu de succès ? Un jaloux qui se morfondait de l'injuste notoriété de ses contemporains ? C'eut été confortable...

Or, c'est exactement le contraire : Walter Sickert, fils et petit-fils d'artistes a commencé sa carrière comme comédien. Plus tard, ses talents de dessinateur et de peintre l'ont fait remarquer et il a abandonné le théâtre pour la peinture. Son maître ne fut autre que James Abott Mac Neill Whistler, l'un des plus grands peintres de son temps, un Américain installé à Londres et qui fut l'égal de Turner... Ses amis s'appellent Edgard Degas et Jacques-Emile Blanche (très connu pour son portrait de Proust). Un de ses disciples s'appelle Francis Bacon.

Dans les milieux artistiques britanniques, Sickert est tenu pour un artiste essentiel, un maillon incontournable entre la peinture victorienne et les recherches formelles du vingtième siècle. Ce n'est donc pas un "second couteau" que vise l'enquête rétrospective de Cornwell, mais une personnalité parmi les plus en vue de l'époque.

Ce n'est pas non plus la première fois qu'on attribue une position sociale élevée au tueur. Certains ont vu en lui le docteur Gull, médecin personnel de la Reine Victoria, qui aurait tenté, par ses meurtres, de détourner l'attention des curieux des agissements condamnables du Duc de Clarence, petit-fils de la reine habitué des prostituées et mort jeune, atteint de syphilis.

D'autres, plus hardis, ont accusé le Duc de Clarence lui-même : pourquoi s'arrêter aux marches du palais, après tout ?

Des enquêteurs antisémites ont accusé un juif, des antimaçons ont dénoncé un complot maçonnique et des imaginatifs ont greffé le complot maçonnique sur la thèse du prince meurtrier (c'est d'ailleurs la base du scénario d'Alan Moore dans sa BD "From Hell" dont a été tiré un film magistral avec Johnny Depp dans le rôle de l'inspecteur Abberline).

Pour emporter la conviction du lecteur, Patricia Cornwell a financé de ses propres deniers, des tests ADN et des expertises graphologiques, des examens du papier et du style employé tant par l'Eventreur que par Sickert. Et s'il est vrai que certains rapprochements sont troublants, on ne peut qu'être gêné par l'éviction systématique de ce qui pourrait entraver ou atténuer la conviction de l'auteur et l'accentuation tout aussi systématique de ce qui peut renforcer cette conviction.

Mais elle va plus loin et s'égare dans des spéculations pour le moins ardues à prouver. Premièrement, les tests ADN sont difficilement acceptables pour un tribunal, ne fut-ce que parce que Sickert s'est fait incinérer et qu'on en est donc réduit à supposer que l'ADN retrouvé au dos des timbres de son courrier est bien le sien. Ensuite, Patricia Cornwell élabore toute une théorie sur une malformation du pénis du peintre qui l'aurait rendu impuissant et aurait motivé sa haine de la gent féminine. Or, les seuls documents médicaux à sa disposition parlent bien d'opérations chirurgicales suggérant une fistule, mais sans plus. De plus, Madame Cornwell semble être elle-même attirée par ce type de problème puisqu'un personnage récurrent de ses romans, Jean-Baptiste Chandonne, est lui-même affligé de ce type de déformation congénitale qui motive ses meurtres en séries de jeunes femmes blondes... L'enquête de Patricia Cornwell souffre malheureusement de la faiblesse de toute enquête rétrospective : le temps qui a passé, qui a tué tant les témoins éventuels que les enquêteurs de l'époque, qui a permis que soient détruites ou égarées les quelques preuves matérielles dont disposait la police, etc.

Tout cela ne serait rien pour l'intelligentsia artistique britannique si Patricia Cornwell n'était pas allée plus loin : elle a aquis pour la somme de 2 millions de livres sterling 32 tableaux de Sickert, afin de les examiner et d'y analyser les peintures morbides de l'artiste. Afin de retrouver l'ADN du présumé tueur, elle n'a pas hésiter à lacérer une de ces toiles...

Patricia Cornwell a beau être convaincue et ajouter, dans cette "édition définitive" une preuve supplémentaire - à savoir des documents de Jack et de Sickert écrits sur du papier qui proviendrait de la même "main" de papier - les critiques et les amateurs d'art de la perfide Albion continueront à tenir sa théorie pour une "monstrous stupidity" et son geste pour un crime impardonnable...

Patricia Cornwell, Jack l'Eventreur, Affaire classée, Le Livre de Poche, 2003.

Liens :

Sur un nouveau livre à propos de Jack l'Eventreur (en anglais) : cliquez ici.

Pour en savoir plus sur Sickert et ses démêlés avec Patricia Cornwell (en anglais) : cliquez ici.

Un site exceptionnel sur Jack l'Eventreur (en anglais) : cliquez ici.
Sur le film "From Hell" (en anglais) : cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le magazine spécialisé "The Ripperologist" : cliquez ici..


Ecrit par Marco-Bertolini, à 15:06 dans la rubrique "Pôle Noir".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom